INFORMATIONS SUR CE METIER

 

 L'analyste de production met en place et garantit le fonctionnement technique des

 moyens de production et des systèmes d'information et contribue à leur optimisation.

 Dans le domaine de l'informatique de gestion, Z/OS est le tout dernier système

 d'exploitation (2001) développé par IBM pour les gros ordinateurs 64 bits appelés

 « Mainframe ».

 Il représente la combinaison des systèmes MVS (lancé en 1974)  et UNIX (un Z/OS

 possède un noyau unix appelé USS).

 Ces machines de type zSeries (Z14, Z15, etc...) sont présentes partout dans les

 services informatiques de grands comptes tels que les banques, les compagnies

 d’assurances, les constructeurs automobiles et aéronautiques ou bien encore de

 certaines administrations (Pôle Emploi, CNAV, Caisses de retraite, etc...). 

 On s'y connecte à partir d'un micro-ordinateur et d'un logiciel émulateur de

 terminal ainsi que d’un réseau d’entreprise.

 Elles font preuve aujourd'hui d'une grande ouverture sur le monde des technologies

 distribuées (internet, unix) et sont destinées aux sociétés gérant un très grand

 nombre de transactions simultanément avec un besoin de disponibilité 24h sur 24, 

 de performances, de sécurité et nécessitant des supports de données particulièrement

 importants.

 Aujourd'hui, les autres systèmes existants (serveurs Unix par exemple) ne sont pas

 capables de palier à tous ces besoins en même temps et de façon aussi efficace.

 Il existe deux façons distinctes d'accéder à Z/OS :

 Soit, pour les informaticiens (analystes de production), via une couche logicielle

 appellée TSO (Time Sharing Option) et qui permet d'attribuer à chacun d'eux les

 ressources de la machine, soit, pour les utilisateurs (banquiers, salariés de la cnav,

 assureurs, etc...), via ce que l'on appelle les TP (moniteurs transactionnels) avec

 CICS (base de données DB2), IMS (base de données DL1) et Websphere MQ

 (solution basée sur le concept de files d'attente pour permettre les échanges de

 données entre différentes plateformes  WINDOWS, LINUX, AS/400, Z/OS).

 Toutes ces personnes, plusieurs dizaines de milliers la plupart du temps en

 journée, travaillent chaque jour simultanément sur la machine sans qu'elles

 ne souffrent d'un quelconque ralentissement des temps de réponse.  De nos jours,

 la quasi totalité de ces machines est capable de traiter des centaines de millions

 d'instructions par seconde (unité : le MIPS). 

 Aujourd'hui, deux problèmes se posent et font que le marché de l'emploi dans ce

 secteur manque de façon inquiétante de personnel compétent.

 Premièrement, le Mainframe souffre toujours d'une grande méconnaissance du

 grand public car toujours pas intégré au programme des universités ou des écoles

 supérieures en informatique.

 De plus les médias, spécialisés ou non, en font très peu l'écho, voir pas du tout.  

 Deuxièmement,  les services informatiques des entreprises tout comme les SSII

 (Sociétés de Service en Ingénierie Informatique également appelées ESN, Entreprises

 de Service du Numérique) doivent tous faire face aujourd'hui à ce que l'on appelle

 couramment le Papy Boom,  c'est-à-dire le départ à la retraite d'une partie de plus

 en plus importante de leur effectif  (salariés ou Prestataire de service) sans que

 celle-ci soit reconstituée par de nouveaux arrivants.

 Freelance :  prestataire de service travaillant avec un statut d'indépendant, pour son propre

 compte donc, mais devant tout de même passer par l'intermédiaire d'une SSII afin effectuer

 une mission chez un client

 Ces dernières années ont vu le jour quelques sessions de formation organisées par

 certaines ESN en partenariat avec IBM, tous bien conscients du problème, mais ces

 cursus sont tous uniquement réservés à des ingénieurs fraichement sortis de leur

 école ou à des étudiants bac + 3 (minimum) et ces personnes seront destinés plus tard

 à paramétrer le Z/OS (ingénieur système).

 La pénurie actuelle de compétences porte également (et d'avantage) sur les analystes

 de production plus nombreux chez les clients et travaillant eux plus sur le domaine

 applicatif via les produits installés sur la machine.

 Notez que je ne soulève pas le problème des conséquences de la  "CRISE" sur l'emploi

 dans le domaine dont nous parlons, sur ce point précis permettez-moi d'ajouter une

 information :  85% des entreprises du CAC 40 travaillent sur Mainframe actuellement

 et ce depuis les années 70.  Malgré les rumeurs persistantes depuis le début de notre

 vingt et unième siècle affirmant que ce système est en passe de disparaître et que les

 nouvelles technologies assumeront de plus en plus cette part de travail, il est un fait

 incontestable qu'il est toujours aussi présent et qu'il promet encore de belles années

 à venir.  J'ai toujours pensé que ces rumeurs n'étaient que le fruit de certaines

 personnes ayant des intérêts à les faire croire ou bien d'autres encore, fervents

 opposants, de père en fils, à tout ce qui se rapporte à IBM.  La rubrique 

 "Sites web sur le sujet" argumente très largement tout ce que je viens d'affirmer. 

 A l'heure où les secteurs porteurs d'emplois se font de plus en plus rares, il me semble

 être intéressant de sensibiliser le grand public à ce métier car cette technicité

 aujourd'hui n'est plus difficilement abordable et peut représenter une bonne solution

 professionnelle pour des personnes intéressées par l'informatique, que l'on parle de

 requalification ou d'une première expérience.

 (je n'ai jamais été doué pour les longues études, seulement un baccalauréat technique

 sans mention et cela fait maintenant plus de vingt années que j'exerce ce métier).